Accueil Ben Ricour ecoute.me Mon blog Blankass Florent Marchet Thomas Brun Fred Mell Ben Ricour Bannière Ben Ricour

Aujourdhui :

Actuellement :

Nombre total :

Revue de Presse - Revue de web
Ecrit par Jean-Marie Antoine - Date : 23/10/2007
Agrandir
Ben Ricour distille sa belle voix grave sur un deuxième album plus urbain, plus personnel et toujours cinématographique. Avec une énergie proche du live.

On l'avait découvert il y a quatre ans, à la sortie de son premier album, le bien nommé L'aventure. Ben Ricour concrétisait ainsi un gros bagage musical, acquis de scène en scène depuis 10 ans. Il avait concocté un opus intimiste aux sonorités folk, construit autour de la guitare et d'une superbe voix grave et sensuelle. Avec 35000 exemplaires vendus et une tournée de 80 dates (dont une petite escapade au Pérou), L'Aventure est vite devenue aussi une belle histoire. La suite s'appelle maintenant Ton image et arrive dans les bacs ce vendredi. L'album de la confirmationdonc. Du stress supplémentaire? «Au début, on sait que l'album est attendu, constate Ben Ricour. J'ai aussi eu droit à tous les bons conseils, toutes les recettes pour faire des tubes. Ce n'est pas très agréable. Mais j'ai décidé de me poser et de prendre le temps de le faire à ma manière. Alors la pression a disparu».

Du premier album, Ricour le beau gosse a gardé l'accent guitare et l'univers folk. Mais il est moins porté sur la thématique de l'amour et ses errances. Plus autobiographique aussi? «C'est vrai qu'il y a quelques chansons qui sont proches de ma vie privée, mais j'ai simplement écrit ce qui me venait à l'esprit, sans me poser de question. Je voulais quand même injecter dans l'album une énergie plus corsée, plus directe, façon live. Je me suis aussi rendu compte qu'il y avait une sorte de tradition chez moi de faire des chansons assez courtes, des petits scénarios, de ne laisser que l'essentiel».

C'est le titre (et premier single) L'heure d'hiver qui a donné le ton de l'album. «C'est une saison qui m'inspire pour l'écriture. Avec le côté cocooning et la lumière. Parfois, en hiver, il y a des belles journées de beau temps où il fait froid. J'adore. C'est peut-être l'amour des contrastes.»

Côté écriture, le complice Pierre Grillet (qui oeuvre aussi pour Bashung, Chamfort ou Dani) est toujours présent... mais un peu moins que sur le premier opus. «J'ai senti que je devais faire un pas plus important sur les textes. Finalement, je me suis rendu compte que j'allais vers un album plus urbain, cadré sur un citoyen qui va mettre un peu de surréalisme et de poésie dans la ville.»

Rayon influences, Ben Ricour cite volontiers les «seniors» Bashung et Souchon. Et les petits nouveaux? «J'ai tourné avec Anaïs, je viens de rencontrer Renan Luce, pour ne citer que ces deux-là. La nouvelle scène française est très active et très créative. C'est tout de même rassurant par les temps qui courent».

Ben Ricour, «Ton image», chez Warner, sortie vendredi.
Retour Liste d'articles
© Ecoute.me 2005/2018